La circulaire Guéant sur les aumôneries

Quelles conséquences pour le droit des femmes à disposer librement de leur corps ?
vendredi 1er mars 2013
par  Impertinent

On le sait, les lois pour le droit à la contraception, à l’avortement qu’il soit thérapeutique ou volontaire, aux diagnostiques prénataux, ont été conquises de haute lutte et font encore aujourd’hui l’objet d’assauts réguliers dans le but de les faire disparaître.

Elles ont permis aux femmes de disposer librement de leur corps, d’écarter la fatalité des grossesses à risques, ainsi que des grossesses non désirées et d’instaurer la maîtrise de leur désir d’enfant.

L’hôpital public, parce qu’il est laïque, a pu garantir dans le cadre de la loi, à toutes les femmes quelle que soit leur appartenance religieuse, l’accès à ces droits. Mais aujourd’hui cette garantie risque d’être remise en cause.

En effet, une circulaire sur les aumôneries à l’Hôpital public, prise par l’ancien ministre Claude Guéant, risque, si elle était appliquée, de mettre ces droits en danger.

Elle prévoit entre autre que : "L’aumônier apporte son concours à l’équipe soignante... sa présence, par la dimension éthique qu’elle porte, est enrichissante pour tous. L’aumônier éclaire le cas échéant l’équipe médicale et soignante sur les implications que peuvent avoir certaines de leurs décisions au regard des convictions et pratiques religieuses des patients."

Quel éclairage apporteront les religieux en matière de contraception, d’interruption de grossesse volontaire ou thérapeutique, de diagnostic prénatal,etc… ? Un petit rappel de leurs positions s’impose.

Les positions actuelles des principales religions.

IVG

Église catholique : " (…) l’avortement direct, c’est-à-dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave, en tant que meurtre délibéré d’un être humain innocent."( Evangélimum Vitae ,62)

Culte musulman : " l’IVG est interdite pour la majorité des juristes : dès la fécondation, c’est-à-dire l’apparition de la vie. Pour l’École Hanbalite : à partir du 120ème jour seulement" [1]

Protestants  : l’avortement est la moins mauvaise des solutions au regard des drames que peuvent entrainer certaines naissances. Cependant cette position n’est pas valable pour toutes les Églises regroupées au sein de la Fédération protestante de France. La fédération Evangélique elle, est opposée à tout avortement, y compris en cas de viol ou d’inceste.

Judaïsme  : La position varie selon les pays ainsi que selon les tendances. Dans l’ensemble il est prohibé s’il est effectué sans raison valable. Mais il n’est pas sanctionné.

Diagnostic prénatal (DPN) :

Église catholique  : "il est gravement en opposition avec la loi morale quand il prévoit, en fonction des résultats, l’éventualité de provoquer un avortement (…). De même agiraient contrairement à la morale le conjoint, les parents ou toute autre personne, s’ils conseillaient ou imposaient le diagnostic à la femme enceinte dans la même intention d’en venir éventuellement à l’avortement. Ainsi également serait responsable d’une collaboration illicite le spécialiste qui, dans sa manière de poser le diagnostic et d’en communiquer les résultats, contribuerait volontairement à établir ou à favoriser le lien entre diagnostic prénatal et avortement." [2]

Interruption médicale de Grossesse (IMG) :

Église catholique : Qui peut oublier, l’excommunication des soignants brésiliens ayant pratiqué une IMG sur une enfant de 9 ans violée par son beau père en mars 2009.

Culte musulman : - "Nul ne peut décider d’une IMG, seulement autorisée en cas de danger pour la vie de la mère ou de létalité certaine de l’embryon. (…) un fœtus même malformé a un droit incontestable à la vie." [3]

Judaïsme  : Lorsque la vie de la mère est en danger, il est recommandé.

La police des consciences dans les couloirs des hôpitaux ?

Il est facile d’imaginer les conséquences de la présence des religieux dans les services et auprès des personnels soignants. Cette présence, c’est la pression permanente des dogmes qui s’exercerait sur les professionnels et sur les soins. De plus introduire les religieux dans les services c’est imposer aux patientes, la pression morale permanente et non choisie des ministres des cultes.

Pour ce qui concerne l’IVG, n’est-ce pas installer dans les hôpitaux, un commando Anti-IVG permanent ?

Abrogation de la circulaire Guéant sur les aumôneries.

Un tel danger appelle nécessairement la riposte de tous ceux qui combattent pour préserver les droits des femmes et notamment le droit à l’avortement.

Afin d’organiser la mobilisation, la Libre Pensée a entamé une campagne de signatures pour l’abrogation de cette circulaire. Elle la proposera à tous dans la perspective d’une mobilisation la plus large possible.

Claudette Coudeville


[1Source : BIOETHIQUE ET JURISPRUDENCE ISLAMIQUE, Dr. Dalil BOUBAKEUR Recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris

[2Donum Vitae ; Le respect des embryons humains

[3Ibidem


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123