Editorial Impertinent N°57

Une mesure antilaïque d’une exceptionnelle gravité
samedi 10 septembre 2011
par  Impertinent

Dans son éditorial du N° de juillet-août de La Raison, Marc Blondel nous informait que s’est tenue le 15 avril une réunion des responsables religieux convoquée par le ministre de l’Intérieur. A cette occasion il a été annoncé la mise en place d’un correspondant laïcité dans chaque préfecture et d’une conférence départementale de la liberté religieuse.

Un correspondant local “laïcité” selon Claude Guéant.

Une circulaire datée du 21 avril a été adressée aux préfets par Claude Guéant (Ministre de l’Intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration).

L’objet en est : « désignation d’un correspondant “laïcité” dans chaque préfecture et installation d’une conférence départementale de la liberté religieuse. » « Je vous demande de désigner un membre du corps préfectoral comme correspondant local “laïcité”. Il sera le référent des élus et des chefs de service de l’Etat sur l’ensemble des questions liées à l’application du principe de laïcité (…) Ce correspondant sera aussi l’interlocuteur des cultes présents dans votre département (…) »

La Laïcité disparait au profit du dialogue avec les chefs religieux, sur le modèle communautariste de Marseille-Espérance (Réunion des chefs des communautés religieuses autour du maire de Marseille,
consultée sur tout sujet d’importance).

Cette conférence rassemblera des élus, les responsables des services publics ainsi que les représentants des cultes « Il aura également la mission d’animer la conférence départementale de la liberté religieuse que je vous demande d’installer à l’automne puis de réunir en fonction des enjeux locaux, à un rythme régulier. Même dans un régime de séparation il y a, et il doit y avoir, dialogue entre les cultes et l’Etat. Cette conférence départementale rassemblera des élus locaux (…), les responsables des services publics (…) ainsi que les représentants des cultes (…) » La liberté de conscience des citoyens, garantie par la Loi de 1905, est rabaissée à n’être plus que la liberté religieuse des communautés de croyants.

Pour évoquer les questions relatives à … tout sujet d’intérêt local
« ( …) pour évoquer notamment les questions relatives à la création, l’entretien et l’utilisation des lieux de culte, celles des aumôneries dans les services publics et tout sujet d’intérêt local (…) poursuivre le travail de sensibilisation auprès des élus locaux pour faciliter la création de carrés confessionnels (…). »

La Séparation est liquidée au profit de la recléricalisation accélérée des services publics et de la “sensibilisation” des élus aux intérêts des communautés religieuses et de leurs chefs. Avec en prime le retour des carrés confessionnels interdits par la République le 14 novembre 1881.

La généralisation du Concordat

Le 7 juin, le directeur de cabinet du Préfet des Bouches-du-Rhône, a rencontré à sa demande, des représentants de plusieurs lieux de culte musulman marseillais, en présence des représentants de la ville de Marseille.

Selon le communiqué de presse publié par la préfecture : « Cette rencontre a permis d’engager un dialogue constructif portant sur les problèmes rencontrés devant certains lieux de culte du centre-ville de Marseille (…). Les échanges ont abouti à la résolution commune de mettre rapidement en oeuvre des solutions concrètes propres à mettre un terme à ces situations.

Une nouvelle réunion programmée dès le début du mois de juillet prochain permettra d’examiner les actions engagées ou proposées par l’ensemble des parties prenantes ».

C’est la généralisation à l’ensemble de la République du Concordat d’Alsace-Moselle, étendu à l’islam.

« Les religions sont essentielles dans le tissu social des pays européens ».

La circulaire de Guéant, faisant suite au battage médiatique de l’UMP, s’inscrit dans le droit fil du projet clérical du Traité de Lisbonne : « l’UE entretien un dialogue ouvert et régulier avec les religions, les Églises et les communautés de convictions » (article 17).

Elle est de la même veine que la rencontre du 30 mai dernier entre les présidents de la Commission, du Parlement et du Conseil de l’Europe avec les dirigeants religieux européens, lors de laquelle Jerzy Buzek (président du Parlement européen) a déclaré : « les religions sont essentielles dans le tissu social des pays européens ».

Quant à ce qu’ils nomment « tissu social des pays européens », l’exemple de la Grèce nous montre de quoi il s’agit : vente à l’encan des biens de l’Etat, liquidation des services publics, privatisations, licenciements, chômage, misère …

Ils estiment que le secours des religions, qui toutes prêchent la résignation, la soumission et la charité, leur est nécessaire tout comme la division les peuples en communautés religieuses, ethniques ou régionales ... Diviser pour régner.

Henri Huille


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301