Congrès d’Oslo aout 2011

Journal de route d’un congressiste
mercredi 9 mai 2012
par  mgrodin

Laïcité. Le 10 août dernier à Oslo (Norvège) se tenait le Congrès constitutif d’une nouvelle internationale de la libre pensée.

J’y étais.

MT

Liberté souveraine

Le serpent dit à la femme : « Mangez de ce fruit, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux, possédant la connaissance du bonheur et du malheur » (Genèse 2,5). Dès lors, si on en croit le récit biblique, en mangeant du fruit de l’arbre de la connaissance, l’humanité emprunta le chemin de la liberté. Une liberté dont on nous enseigne qu’elle apporte son lot d’amertumes, puisqu’il s’agit de faire des choix, de prendre en main son propre destin, en un mot d’être responsables.

L’histoire d’Abel et Caïn montre les progrès de la civilisation, l’invention de l’agriculture. Caïn offre à la divinité les fruits du travail de la terre, Abel les produits de sa chasse. Ce dernier est récompensé, l’autre méprisé. La religion apparaît dès lors comme un obstacle aux progrès de la civilisation humaine, défi prométhéen permanent face à la volonté divine.
Les millénaires passent, des empires se créent et s’écroulent ; toujours, la conscience humaine lutte contre l’obscurantisme des dogmes et l’oppression des puissants : « Il n’est point de vérité sacrée, c’est-à-dire interdite à la libre investigation de l’homme ; il n’y a rien de plus grand que la liberté souveraine de l’esprit humain », défendait en son temps Jaurès.

En ce début de siècle confit de sottise réactionnaire, de prêt-à-penser social, économique, politique et culturel, la constitution d’une internationale de libres penseurs lors du Congrès d’Oslo le 10 août dernier constitue aussi bien un événement historique de portée mondiale qu’un digne hommage à ce grand humaniste. Puisse-t-elle à son tour porter ses fruits…

D’un siècle à l’autre, l’exigence de liberté

« Nous établirons dans le monde le règne d’une raison affranchie des anciens préjugés dogmatiques, c’est-à-dire un idéal supérieur, une morale plus haute et plus assurée que celle des temps passés, parce qu’elle est basée sur la connaissance humaine ». Tel était le propos de Marcellin Berthelot, président d’honneur de la libre pensée française lors du Congrès mondial de la libre pensée à Rome… en 1904. Une date qui marquera durablement l’histoire de l’humanité, en ce que le Congrès de Rome précédait seulement d’un an la loi de séparation de l’ Église et de l’ État promulguée en France fin 1905.

Une loi pour tous, la liberté pour chacun

Lors du Congrès de la libre pensée en 1905, Ferdinand Buisson, un des artisans de la loi de 1905, fit adopter trois résolutions par l’ensemble des congressistes venus du monde entier. Il s’agissait en premier lieu d’affirmer la primauté de la raison humaine sur toute doctrine, au détriment de l’affirmation de vérités particulières. Ensuite, Ferdinand Buisson déniait à quelque autorité que ce soit le droit de s’opposer à la raison humaine ; il propose par là le libre choix de l’humanité des moyens de construire une société meilleure. Enfin, ce fondateur d’un des principes majeurs de la République française entendait soumette aux lois de la raison l’organisation sociale, en enlevant d’une part tout caractère confessionnel aux administrations de l’ État et d’autre part en rejetant, au nom de la dignité humaine « le triple joug du pouvoir abusif de l’autorité en matière religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique ».

Un an plus tard, la loi de séparation de l’ Église et de l’ État, la fameuse laïcité institutionnelle qui règle encore tant bien que mal les rapports sociaux en France, était promulguée. Elle commande encore que « la République assure la liberté de conscience […]La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Face à l’offensive réactionnaire

Curieusement, dans le dernier quart du XXe siècle et au début du XXIe, les offensives contre la laïcité sont allées de pair avec la révolution néolibérale. Aussi l’article 52 du traité constitutionnel européen, rejeté par les Français en 2005, prévoit que « reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec [les] églises », en flagrante contradiction avec le principe de laïcité. Le traité de Lisbonne, ratifié par un coup de force antidémocratique, reprend ces mêmes dispositions.

De même, l’actuel chef de l’ État, non content d’affirmer la prétendue « supériorité du prêtre sur l’instituteur », autorise les instituts confessionnels d’enseignement supérieur à délivrer des diplômes universitaires et instaure des « correspondants laïcité » auprès de chaque préfet de département, chargés de dialoguer avec les institutions religieuses.

Congrès Oslo 2011 Face à cette offensive cléricale, des libres penseurs du monde entier ont décidé de s’unir afin de réaffirmer un droit inaliénable de l’homme, la liberté de conscience. Un premier pas a été franchi en 2005, lors du centenaire de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, en fondant à Paris un comité de liaison international des athées et des libres penseurs. Mais ce n’est que le 10 août dernier à Oslo, en Norvège, qu’une décision historique a été prise lors du Congrès mondial de la libre pensée : celle de créer une nouvelle internationale de libres penseurs afin de coordonner les luttes pour l’émancipation de l’esprit humain de tout dogme.

Le Congrès d’Oslo, le 10 août dernier, a réaffirmé la liberté de conscience comme exigence première de la dignité humaine.

L’émancipation, combat du siècle

« Je demande une minute de silence par solidarité avec le peuple norvégien, durement éprouvé par les attentats meurtriers perpétrés le mois dernier », déclarait, à l’ouverture du Congrès de constitution d’une internationale de la libre pensée qui s’est tenu à Oslo (Norvège) le mois dernier, le président de la fédération française de la libre pensée Marc Blondel.

Les congressistes, issus de dix-sept nations du monde, se lèvent comme un seul homme pour rendre hommage aux femmes et aux hommes victimes de la barbarie d’extrême droite. A l’issue de cette minute de silence, les débats visant à construire un monde où de telles atrocités ne pourraient se produire peuvent commencer.

Une suite de conférences et de débats entre les représentants de nations aussi diverses que le Chili, le Liban, la France, les USA, l’Argentine, l’Inde, la Belgique, l’Australie, l’Espagne ou l’Allemagne, pour n’en citer que quelques-uns, ce afin d’échanger les expériences de chacun dans le domaine de lutte qui est celui des libres penseurs : empêcher les institutions religieuses de quelque nature que ce soit d’influer sur la vie publique et privée des peuples de l’humanité : en fait, œuvrer pour étendre la laïcité partout sur la planète.

Un besoin universel

Contrairement à ce qu’on nous serine à longueur de journée, la laïcité n’est pas un problème franco-français, mais bien un besoin universel des peuples, celui de se libérer de la tutelle des institutions religieuses.

Jacques Lafouge Tel a été le sujet de la première conférence, animée par Jacques Lafouge, membre de la délégation française, intitulée « Le combat pour la séparation des Églises et de l’ État dans le monde ».

Le conférencier, après avoir rappelé que « le but de toute société politique est le bonheur des peuples » et que « [celui-ci] consiste essentiellement en la liberté sous toutes ses formes, particulièrement la liberté de conscience », précisait que tout au long de l’histoire, les dignitaires religieux avaient tendance à se confondre avec les pouvoirs politiques ; de ce fait, chacun des pouvoirs s’appuie sur l’autre pour assurer sa légitimité : « Les autorités religieuses tenteront donc d’exercer une autorité sur les femmes et les hommes, contrôlant leur conduite économique, sociale, morale et sexuelle », faisait encore observer Jacques Lafouge. Et d’enfoncer le clou : « Le problème vient de la volonté des Églises d’imposer à tous des comportements et des convictions, en violation du droit des individus ; elles veulent régenter la vie de la cité car elles proposent des systèmes idéologiques complets, par nature autoritaires et contraires aux droits de l’homme ».

Si le diagnostic est clair, le conférencier met néanmoins en garde : il s’agit bien d’exiger la séparation des Églises et de l’ État, garantie juridique de la liberté de conscience et non pas d’attaquer les croyances religieuses, sinon de les cantonner à la sphère privée : « C’est le sens de notre combat contre une loi réprimant le port de la burqa ou du voile intégral dans la rue », concluait-il.

« Plus de lumière ! »

Telle fut, d’après les historiens, la dernière phrase de l’écrivain allemand Goethe sur son lit de mort. Une phrase que les libres penseurs du monde entier, réunis en Congrès à Oslo, ont faite leur en approuvant unanimement le « Manifeste pour la liberté de conscience » qui leur était soumis.

Après avoir affirmé que l’humanité était née libre, le manifeste salue les combats pour la liberté et l’émancipation sur toute la planète en même temps que ses rédacteurs s’alarment du retour des offensives religieuses, notamment au sein de l’Union européenne. De même, ils militent pour mettre un terme au financement des œuvres religieuses partout dans le monde : « Nous voulons que la clarté soit faite sur le financement des religions, cette "économie pourpre" qui grève les budgets des États au détriment de la santé, de l’éducation, ce au profit des seuls destinataires qui se qualifient eux-mêmes de spirituels ».

Le manifeste exige de surcroît que « justice soit rendue aux victimes des Églises », notamment aux enfants victimes de prêtres pédophiles, ainsi qu’aux peuples colonisés et évangélisés de force.

La lecture de ce manifeste, effectuée dans les trois langues de travail du Congrès, le français, l’anglais et l’espagnol, a été précédée de l’approbation de la constitution de la nouvelle internationale de la libre pensée. Il n’a pas été besoin de procéder à un vote ; l’intégralité des délégués des nations représentées s’est levée et a applaudi pendant plusieurs minutes la naissance de cette nouvelle institution internationale vouée à l’émancipation du genre humain.

Oslo Aout 2011 Légende : Les délégués des dix-sept nations représentées proclament la nouvelle internationale de la libre pensée par une formidable ovation.
PHOTO M.T.

Espagne. Une visite papale financée par l’État.

Premier acte politique.

Une fois l’internationale de libre pensée créée et ses statuts approuvés, les congressistes ont pu, grâce à l’intervention du délégué de l’Espagne, Albert Riba, prendre leur première décision politique.

Albert Riba Albert Riba, président et membre fondateur de l’association Ateus de Catalunya (Athées de la Catalogne) a présenté au Congrès une proposition de motion visant à condamner la visite du pape Benoît XVI en Espagne dans le cadre des prétendues Journées mondiales de la jeunesse, qui ont eu lieu à Madrid du 16 au 21 août derniers. La motion, approuvée à l’unanimité, déclare que « face à la prochaine visite de M. Ratzinger, chef de l’Église Catholique, en Espagne du 19 au 21 août, nous reprochons aux autorités espagnoles de transiger avec quelqu’un qui se trouve être le chef autoritaire d’un groupe misogyne et antidémocratique, ainsi que de financer son voyage aux frais de citoyens qui ne partagent pas ses idées, circonstance aggravée par la grave crise économique que traverse le pays. De même nous nous déclarons solidaires de mouvements de protestation qui ont lieu dans beaucoup de villes d’Espagne, en dépit de l’opposition des autorités, qui ne respectent pas le principe de neutralité confessionnelle de l’État prévu par la Constitution espagnole ».

Un message entendu cinq sur cinq par les Indignés espagnols.

Témoignage. Un professeur licencié pour avoir retiré un crucifix de sa salle de classe.

Défense de la neutralité religieuse

Valentin Abgottspon Jusqu’en 2009, Valentin Abgottspon, enseignant en histoire, exerçait paisiblement ses fonctions dans un lycée public du canton de Valais, en Suisse. C’est à la fin 2009 qu’il décide de retirer le crucifix apposé au-dessus du tableau noir de sa salle de cours : « En 1990, la Cour fédérale suisse a rendu un arrêt selon lequel un crucifix dans une salle de cours d’un établissement public violait la neutralité religieuse dont l’État est garant », expliquait-il. Et de trancher, laconique : « Je l’ai donc rétablie moi-même ».

Les ennuis commencent

En 2010, le jeune enseignant se rend à une réunion avec le ministère de l’éducation du canton : « J’ai soulevé des questions concernant l’instruction religieuse et la prière pendant les heures scolaires », poursuivait-il en précisant que la loi du canton prescrit que « l’école publique doit préparer les élèves à leur tâche de personne et de chrétien ». Et d’interroger : « Qu’en est-il des enfants sans confession ou d’une autre religion ? ».

C’est à la rentrée scolaire qu’on lui demande de replacer le crucifix. Il refuse par deux fois et se fait licencier en octobre 2010.

Depuis lors, le Conseil d’État (organe exécutif) du canton de Valais n’a toujours pas statué sur le caractère abusif du licenciement : « Il est scandaleux que des citoyens faisant preuve d’esprit critique et défendant leurs droits, soient menacés de mort sociale et pécuniaire », concluait-il.

Y Valentin Abgottspon a récemment retrouvé un poste d’enseignant dans un canton voisin.

Entretien. Face à la droite religieuse américaine.

Un combat acharné

David Silvermann David Silverman, un des représentants des États-Unis au Congrès d’Oslo, est président de l’association American Atheists, qui milite contre le sectarisme de la droite religieuse américaine.

Quelle est la situation aux États-Unis ?

Bien que l’athéisme reste très impopulaire dans notre pays, les choses sont en train de changer ; notre voix se fait entendre plus que jamais. Des gens célèbres, qui n’auraient jamais osé s’exprimer publiquement auparavant, n’hésitent pas à proclamer leurs idées haut et fort dans les médias. L’Europe est encore très en avance sur nous, même si j’ai pu constater l’offensive grandissante que la laïcité subit sur le Vieux Continent.

Quels sont les enjeux actuels pour votre organisation ?

Notre premier objectif est de faire en sorte que les athées soient acceptés dans la société américaine. Notre réputation négative est savamment entretenue par les prédicateurs et les lobbies politiques de la droite religieuse. C’est pourquoi les principaux groupes athées du pays ont décidé d’organiser un grand Rassemblement de la raison, qui se conclura par une marche sur Washington en mars 2012. Cela permettra non seulement de présenter le mouvement à l’opinion publique, mais aussi que chacun puisse se retrouver au mieux dans l’une des organisations qui l’incarnent.

La laïcité fait pourtant partie de la Constitution des États-Unis…

Certes, mais la droite religieuse tente toujours de nous retirer nos droits, de de réécrire l’histoire, restreindre la recherche scientifique et de dicter la politique du pays. À cet égard, American Atheists a été impliquée dans plusieurs procès visant à tenir les lobbies religieux en échec. À titre d’exemple, il convient de citer le récent procès contre « la Croix du Miracle », disposée à Ground Zero. C’est un morceau du World Trade Center ressemblant à une croix tordue. On l’a installée dans un musée financé par des fonds publics, avec un rituel religieux célébré par un prêtre. De telles actions sont illégales, nous avons donc porté l’affaire en justice. Ici, à Oslo, nous savons désormais que nous ne sommes pas seuls pour combattre le problème mondial de l’ignorance et des dogmes.

Entretien réalisé par M.T.

David Silverman, président de l’association American Atheists, dirigera un grand rassemblement de la raison en mars prochain à Washington.
PHOTO M.T.

Entretien. Le créationnisme, offensive idéologique des Églises.

« Au détriment de l’esprit scientifique » Charles Susanne, délégué de la libre pensée de Belgique au Congrès d’Oslo, met en garde contre les dangers des théories créationnistes.

Qu’est-ce que le créationnisme ?

Charles Susanne Les récits de création des différentes religions veulent expliquer certains phénomènes naturels et les mettent en relation avec une volonté divine, leur conférant un caractère sacré. À l’opposé, l’évolution tient le hasard biologique comme principale cause de l’émergence de la vie. Les découvertes scientifiques ont fait reculer les dogmes religieux ; le fondamentalisme est une réaction à ce recul. Les milieux conservateurs n’ont de cesse de tenter d’imposer ces théories au détriment de raisonnements scientifiquement valables.

Le clivage entre créationnisme et théorie de l’évolution ne ressort-il pas d’un débat scientifique ouvert ? Pourquoi combattre le créationnisme ?

Les créationnistes opposent la volonté divine au hasard. C’est pernicieux en ce sens qu’ils considèrent comme correct de se satisfaire de ne pas comprendre. Je me permettrai de citer Saint Augustin : « Il y a une forme de tentation plus dangereuse, c’est la maladie de la curiosité, qui pousse à essayer de découvrir les secrets de la nature, […] que l’homme ne devrait pas chercher à connaître ». Plus récemment, le pape Jean-Paul II déclarait que « les théories de l’évolution, qui considèrent l’esprit comme émergeant de la matière, sont incompatibles avec la vérité de l’homme ».

Quelles sont les conséquences de cette offensive idéologique sur la société ?

Dans l’encyclique Spe Salvi, Benoît XVI affirme que « Dieu n’est pour rien dans les souffrances humaines », en même temps qu’il dénigre les réformes destinées à améliorer la condition humaine, considérées comme de la présomption ; les responsables de nos malheurs sont le progrès et la science. En même temps, le Vatican exige que les racines chrétiennes de l’Europe soient mentionnées dans les traités européens. Devons-nous rappeler aussi les bûchers de l’Inquisition, les persécutions ? Cette mainmise du religieux s’explique par la destruction de l’État social, qu’on veut remplacer par le mode caritatif, laissé aux bons soins des Églises.

Propos recueillis par M T

Charles Susanne mettait en garde contre l’offensive idéologique des institutions religieuses.


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois