La Laïcité exige la fin des crèches religieuses dans les mairies de Marseille.

Communiqué de presse

La nouvelle municipalité de Marseille va-t-elle poursuivre la politique anti-laïque de Jean Claude Gaudin ?

La Fédération Départementale de la Libre Pensée des Bouches du Rhône a adressé à monsieur le maire de Marseille, Benoît PAYAN, un courrier à propos du mémoire en défense qu’avait élaboré la Direction générale adjointe de l’action juridique de la ville de Marseille, en réponse à la requête pour abus de pouvoir, déposée en 2020 par la FDLP 13.

Cette requète avait été déposée suite à l’installation d’une crèche religieuse dans la mairie du 13-14 en décembre 2019, par la Maire Sandrine D’ANGIO (RN) et soutenue lors de son inauguration par le sénateur RAVIER (RN), à grand renfort de discours pour rappeler la valeur catholique de la crèche.

Ce mémoire des services juridiques de la Mairie de Marseille défendait avec zèle l’installation de la crèche religieuse et relativisait les discours prononcés alors par Mme d’Angio et M. Ravier.

Nous posions la question : « Faudrait-il en déduire que la Majorité municipale de Marseille défend l’installation de crèches de la Nativité dans les mairies, en contradiction avec le principe de Séparation des Cultes et de l’État qui exige la stricte neutralité des bâtiments municipaux ? ».

Après plus d’un mois, les services de monsieur le Maire de Marseille n’ont pas répondu à notre demande de rendez-vous, ni même adressé un simple courrier nous informant de sa bonne réception.

Devons-nous considérer qu’il s’agit là d’un engagement délibéré hostile à la laïcité ?

Devant cette situation le Bureau Fédéral de la Fédération Départementale de la Libre Pensée des Bouches du Rhône a décidé de rendre publique cette lettre que vous trouverez à la suite et d’en informer la presse.

 « Objet : demande de rendez-vous

 Marseille le 21/09/2021

Monsieur le Maire

 La Fédération Départementale de la Libre Pensée des Bouches du Rhône a été amenée en 2020 pour la deuxième fois, à déposer une requête pour abus de pouvoir auprès du tribunal administratif de Marseille concernant l’installation en décembre 2019, dans le hall de la Mairie des 13ème-14ème arrondissements, d’une crèche de la nativité, inaugurée en grande pompe par Mme d’Angio et Monsieur Ravier (Sénateur) à grand renfort de commentaires étayant le caractère religieux de la crèche, rappelant le caractère catholique des crèches, exécutant lui-même la bénédiction de ladite crèche, et appelant en fin de discours à aller se recueillir devant la statue de la « Vierge Marie » située dans la cour de la Mairie, face à la chapelle.

Lors du premier recours que nous avions déposé en 2017, concernant l’installation d’une telle crèche dans les locaux de cette mairie de secteur, le tribunal administratif de Marseille avait en décembre 2018 donné raison à notre association.

Nous avons été très étonnés de recevoir dans le courant du mois de mai, un mémoire en réponse émanant des services juridiques de la Ville de Marseille défendant cette action anti-laïque de la Maire de secteur d’alors, Madame d’Angio et du Sénateur Ravier.

Faudrait-il en déduire que la Majorité municipale de Marseille défend l’installation de crèches de la Nativité dans les mairies, en contradiction avec le principe de Séparation des Cultes et de l’État qui exige la stricte neutralité des bâtiments municipaux ?

Nous souhaitons pouvoir informer nos adhérents et l’ensemble des citoyens de la commune de la position du Maire de Marseille s’agissant de la Laïcité et en particulier concernant l’installation des crèches religieuses dans les mairies.

Pour ces raisons, nous avons l’honneur de vous demander de bien vouloir nous accorder une entrevue au cours de laquelle nous pourrons aborder ce sujet touchant à la laïcité de la Mairie de Marseille.

Dans l’attente, veuillez agréer, monsieur le Maire, l’expression de nos salutations laïques et républicaines.

 

Pour le Bureau Fédéral

Le Président de la Fédération de la Libre Pensée 13

Membre de la CA Nationale de la Libre Pensée

Henri HUILLE ».

 

Nous vous informerons des suites données à cette affaire.

Marseille le 10/11/2021