Quand la théocratie bafoue l’égalité des droits et tue en Iran

Les femmes faisaient un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs

Montesquieu, Les Lettres persanes, 1721

Le 16 septembre 2022, après son arrestation par la « police des mœurs » et de la pensée, au motif qu’elle ne portait pas son foulard conformément à d’absurdes préceptes religieux ou prétendus tels, Mahsa Amani, âgée de vingt-deux ans, est décédée à l’hôpital des suites des violences que lui a infligées cette étrange garde prétorienne du clergé chiite, au pouvoir depuis la confiscation de la Révolution iranienne de 1979. Le peuple iranien et la jeunesse, hommes et femmes unies dans une même colère, ont spontanément investi la rue dans tout le pays pour demander, implicitement mais nécessairement, la fin de la théocratie et l’instauration des libertés individuelles et collectives. Ils en paient le prix fort : les forces de l’ordre ont tué par balles plus de cinquante personnes, dont certaines étaient très jeunes, comme cette femme de vingt ans assassinée le 24 septembre.

On matraque et on tue à Téhéran

On matraque et on gaze à Paris !

La Fédération nationale de la Libre Pensée condamne la répression brutale menée par le Ministre de l’Intérieur contre les manifestants en soutien à la lutte des femmes iraniennes pour leur liberté.

Manifestation à Paris

« La police française a utilisé dimanche des gaz lacrymogènes pour empêcher des centaines de personnes défilant à Paris pour protester contre la répression des manifestations en Iran d’atteindre l’ambassade de la République islamique. A l’approche de l’ambassade, les policiers ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui tentaient de franchir leur cordon interdisant l’accès à la représentation diplomatique de la République islamique, selon les mêmes sources ». (Le Dauphiné libéré du 25/09/2022)

Le régime instauré par la République islamique d’Iran, présidée par le très conservateur Ibrahim Raïssi depuis mars 2021, est indigne de ce grand pays de quatre-vingt-cinq millions d’habitants, membre de l’OPEP et dix-neuvième puissance économique mondiale en termes de produit intérieur brut en parité de pouvoir d’achat (PIB PPA). Il est ignoble au regard de la grandeur de la nation iranienne, héritière d’une brillante civilisation plurimillénaire, dont la « police des mœurs » de Téhéran constitue la négation. La poésie d’Omar Kayyam (1048-1131) est à l’opposé de ce régime moyenâgeux : « Lorsqu’une belle jeune fille m’apporte une coupe de vin, je ne pense guère à mon salut. Si j’avais cette préoccupation, je vaudrais moins qu’un chien » écrit-il dans l’un de ses célèbres quatrains.

Les sanctions imposées à l’Iran par les pays occidentaux confortent en dernier ressort le régime clérical des mollahs, qui peut exercer sans limite sa férule sur une population entièrement à sa merci et pratiquer impunément ses exactions. À cet égard, il importe de rappeler que la Cour internationale de justice (CIJ), le 3 octobre 2018, a condamné les États-Unis à lever certaines de ces sanctions en tant qu’elles constituent une violation du traité d’amitié qu’ils ont signé avec Téhéran en 1955. En réalité, les États-Unis ont refusé d’alléger ces sanctions, même pour permettre au peuple iranien de combattre la pandémie de SARS COV 2 à partir de mars 2020.

La Fédération nationale de la Libre Pensée condamne avec la plus grande fermeté la répression qui s’abat sur le peuple iranien. En Iran comme ailleurs, elle exige l’instauration de l’égalité des droits dans la sphère politique, dans l’ordre judiciaire et dans la société civile, notamment entre les femmes et les hommes. Elle considère que seule la Séparation de l’État et des religions est de nature à garantir pleinement les droits fondamentaux.

En particulier, le droit de pratiquer ou non un culte et celui pour chacun de s’habiller comme il l’entend, en fonction de ses convictions philosophiques ou religieuses, ne peuvent être assurés que par un État et une loi civils.

Arrêt immédiat de la répression en Iran !
Levée des sanctions contre l’Iran !
Liberté et égalité des droits pour les Iraniennes et les Iraniens !
Pour un état civil en Iran !

Le 29 septembre 2022